lundi 21 mars 2016

Déodorant bille soin Spécial Fraîcheur d’Acorelle : un bon déo bio ?

Hola les Bridget !

L’un des produits les plus difficiles à trouver en matière d’hygiène et en version bio, c’est bien le déodorant. Habituée que je suis aux anti-transpirants comme celui de Nivea, et ayant la peau très sensible même sous les bras (oui, même là il y a un problème !), il m’est très compliqué de passer au « green » deo qui contient souvent de l’alcool. Après quelques recherches, deux déodorants ont retenu mon attention, dont celui d’Acorelle que je vais vous présenter aujourd’hui.


Du problème du déodorant

Le déodorant est un produit dont je ne pourrais pas me passer, et je pense que nous sommes nombreux-ses dans ce cas, conditionné-e-s que nous avons été depuis notre naissance à en porter. Je ne suis pas de celles qui transpirent beaucoup, mais pourtant, je crains toujours qu’odeurs et auréoles me trahissent. Quand j’étais ado, j’adorais les déodorants en spray aux senteurs exotiques ; mais ils étaient bien trop agressifs pour ma peau, que ce soit juste après rasage ou non. Et puis j’avais tendance à m’étouffer avec les particules de produit en suspension dans l’air. Je suis donc passée au déodorant roll on sans alcool, et suis devenue fidèle à Nivea (notamment la version Dry Confort). Hélas, bloquer la transpiration n’est pas la chose la plus naturelle qui soit, puisque la sudation permet au corps de réguler sa température. Bon. Mais la polémique des sels d’aluminium est passée par là, avec ses nano particules susceptibles de franchir la barrière cutanée pour se retrouver dans notre sang et par conséquent, dans nos organes irrigués.

Puis un vent de nouveauté a soufflé avec la pierre d’alun, que l’on nous a présenté comme le produit miracle naturel et efficace ; on l’a ainsi trouvé à toutes les sauces :  en gros bloc brut à appliquer directement sur la peau, ou en extrait actif dans les déodorants. Une partie de ma famille s’y est mise et est ravie des résultats obtenus avec la pierre d’alun brute. Celle-ci a la particularité de ne pas bloquer la transpiration tout en évitant les mauvaises odeurs liées à la dégradation de la sueur au contact de l’air.

Afficher l'image d'origine
à gauche : pierre d'alun naturelle ; à droite : pierre d'alun chimique (source pour illustration : Alassala)
Mais encore une fois, Polémique le Retour laisse planer l’ombre du soupçon quant à la nature même de ces pierres d’alun ; car les industriels ne manquent pas d’idées ! Plutôt que d’utiliser de la pierre d’alun naturelle (potassium alum), que l’on reconnaît car elle est translucide à transparente, ils la fabriquent chimiquement pour produire une version synthétique (ammonium alum), opaque et blanche. Cette dernière contient précisément les fameux sels d’aluminium que l’on cherche désespérément à éviter ! Mais voilà, certains scientifiques commencent à pointer du doigt la pierre d’alun naturelle, qui elle aussi contient de l’aluminium… car ces particules, au contact d’une peau humide, arrivent à traverser la barrière cutanée. Des tests prouveraient leur action maligne sur des cellules saines… Si vous voulez en savoir plus, je vous conseille d’aller lire le très intéressant papier de Laure Karsenti sur le site de l’Express.

Le déodorant bille Fraîcheur d’Acorelle : le test

Outre mon premier critère qui a été la certification écologique, j’ai cherché un déodorant sans alcool afin de ne pas agresser ma peau. Niveau composition, il est très bien : des agents hydratants comme l’eau de rose (pour l’aspect fraîcheur), de l’huile d’amande douce et du jus d’aloe vera, et la fameuse pierre d’alun naturelle en poudre pour l’action anti-transpirante, entre autres. La présentation en format bille me convient parfaitement et me permet de ne pas changer mes habitudes d’application.


Je l’ai donc appliquée soigneusement matin et soir comme je le faisais auparavant avec Nivea. Le parfum est frais et discret, ce qui fait mon affaire. Son action est satisfaisante, bien qu’encore une fois je ne sois pas de celles qui transpirent beaucoup. J’ai remarqué en revanche que si je n’en mettais pas deux fois par jour, les mauvaises odeurs, bien que peu prononcées, étaient présentes au niveau des aisselles.

Mais, hélas, rage et désespoir, je subis des effets indésirables de la présence de la pierre d’alun dans la composition : des irritations. Et mal placées, forcément, puisque la peau est fine et frotte à cet endroit. Je me suis retrouvée à certains moments avec des démangeaisons parfois intenses, et obligée de troquer le déodorant par une crème cicatrisante pour apaiser mon épiderme meurtri. Il semble que cela soit le lot d’une minorité de personnes, et bien sûr, j’en fais partie.

Faut-il l’acheter ?

Ce déodorant peut être une bonne alternative à votre déodorant conventionnel, dès lors que vous ne transpirez pas beaucoup naturellement et que vous n’avez pas la peau sensible. Mais le problème des sels d’aluminium (qu’ils soient d’origine naturelle ou chimique) demeure ! Et le déodorant bio n’est pas à la portée de toutes les bourses. Il va pourtant être bien difficile pour notre société moderne de se passer de ce produit qui, d’un point de vue général, peut causer des maux non négligeables à notre organisme…

Packaging : 05/05
Efficacité : 04/05
Parfum : 04/05
Prix : 03/05

Où se le procurer : autour de de 8.60 euros les 50 ml sur le site mademoiselle bio et dans vos magasins spécialisés. Il semblerait qu’il disparaisse au profit d’une nouvelle référence « Déodorant Soin à la Camomille » à la composition sensiblement identique et moins chère (5.90 euros).

A vous les studios ! Avez-vous trouvé le Graal niveau déodorant bio ? Avez-vous également eu des irritations à cause de la pierre d’alun ?  

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire